Actualités

Témoignage de Nazar, jeune réfugié en stage chez SDEL (VINCI Energies)

Janvier 2019

Nazar Ahmad Yacob, jeune réfugié soudanais de 22 ans, est arrivé en France en 2017. Accueilli par un centre d’hébergement de l’association Aurore, il a effectué un stage de deux semaines en tant qu’électricien dans l’entreprise SDEL Ingénierie et Travaux Tertiaires, filiale de VINCI Energies.

Au travers de cette interview, il vous raconte son parcours et son arrivée chez SDEL à la Défense. C’est François CORNUT, Responsable d’Affaires (SDEL ITT) et Jamel AZEK, Chef de Chantier, qui l’ont accueilli avec les équipes.

Quel a été ton parcours ?

J’ai quitté le Soudan pour arriver en France en septembre 2017. Je me suis installé dans un camp à Porte de la Chapelle avec d’autres réfugiés. Au bout de 2 semaines, l’association Aurore est venue nous chercher et m’a proposé de venir dans un centre d’hébergement. J’y suis allé avec des gens que je connaissais.

Là-bas, je suis hébergé et j’apprends le français. Un jour, l’association Aurore nous a proposé de faire un tournoi de Football avec des gens de l’entreprise VINCI. Il y avait des équipes venues de toute l’Europe et on a fini 5ème. Pendant le tournoi, j’ai demandé à un des joueurs ce qu’était VINCI. Il m’a expliqué et je lui ai dit que je cherchais une formation dans l’électricité.

Deux mois après, j’ai reçu un message d’Ophélia DUVAL (ndlr : Responsable de projet à la Fondation VINCI) qui me proposait de faire un stage en électricité chez SDEL. J’étais trop content !

Que retires-tu de ton expérience chez VINCI ?

J’ai fait un stage chez SDEL dans la réparation maintenance dans les bureaux de la Société Générale à La Défense. Je m’occupais de l’installation des prises électriques, du changement des câbles et des interrupteurs.

J’avais travaillé dans l’électricité au Soudan mais ce n’était pas pareil. Là-bas, tu dois tout faire, la maçonnerie, le carrelage… Tandis qu’ici, on ne faisait que de l’électricité, du coup, tu peux vraiment être spécialisé. J’étais très bien accompagné par plusieurs salariés de SDEL qui m’ont expliqué ce qu’ils faisaient. J’ai appris plein de choses et j’ai envie de continuer à apprendre.

Comment vois-tu ton avenir professionnel ?

Je veux continuer à travailler dans l’électricité et ne jamais m’arrêter. Séverine FREMOND (ndlr : Chargée de mission RH chez SDEL) m’a parlé d’un CAP en électricité que je pourrais peut-être faire. Je veux faire ça ! Je veux continuer à me former pour être bon dans ce que je fais et être un vrai électricien !

Sévérine, deux qualités pour définir Nazar ?

Solaire et une grande envie d’apprendre !

La Fondation VINCI pour la Cité tient à remercier VINCI Energies pour son soutien dans la démarche d’insertion des personnes éloignées de l’emploi. La Fondation remercie plus particulièrement : Patrick MEILLON, Jean-Philippe PERRIER, Virginie BOURREL, Mégane CASTEL et Séverine FREMOND pour avoir répondu avec enthousiasme à la sollicitation de la Fondation. Un grand merci également à François CORNUT et Jamel AZEK et à leurs équipes qui ont travaillé avec Nazar.

Retour