L'immeuble du Réseau Paul Bert : un monde à part entière

Aquitaine - Bordeaux

Laverie, cybercafé, espace de jeux, café philo, chorale, hammam et même logements sociaux ! Voici quelques exemples des activités proposées par le Réseau Paul Bert situé en plein centre de Bordeaux. Son défi ? Etre à la fois un espace de rencontres, d'échanges culturels, de démocratie mais aussi d'aide pour les personnes en difficulté. Créée en 1986, cette association ne cesse de se développer : elle dispose aujourd'hui d'un vaste local de 1 000 m², compte 12 salariés et 30 bénévoles, et plus de 100 personnes s'y rendent chaque jour.

Depuis 2008, le Réseau Paul Bert dispose d'un immeuble de cinq étages au cœur du quartier historique de Bordeaux. La décoration des locaux, confiée à l'artiste Claude Lévêque, fait de ce centre un endroit atypique. "C'est important que l'on soit à la fois dans un cadre esthétique et dans un lieu de passage, même s'il s'agit d'un endroit dédié aux personnes en difficulté. On tenait à sortir de la ghettoïsation", explique Emmanuel Jourdes, coordinateur du réseau. Et pour que chacun soit traité comme un client à part entière, la plupart des services sont payants : "cela permet de préserver une certaine estime de soi". Les prix restent néanmoins très abordables. Ainsi, la formule du jour à la brasserie coûte 4 euros et un café 0,40 centimes d'euros. Et pour deux heures au hammam, il ne faudra pas compter plus de 6 euros.

Accompagner des personnes en difficultés

Les personnes qui fréquentent ce lieu sont souvent des bénéficiaires des minima sociaux et des travailleurs pauvres. Alors, en plus de proposer des services à moindre coût, l’association les accompagne dans leur vie quotidienne : recherche d'un logement, d'une formation, d'un travail. Au premier étage, on trouve plusieurs postes Internet (0,70 centimes l'après-midi) et un écrivain public est là pour aider à la rédaction de lettres de motivation et de C.V. : "On veut favoriser le retour à l'emploi par l'accompagnement", précise Emmanuel Jourdes. Le Réseau Paul Bert a également mis en place des cours de français langue étrangère, durant lesquelles "nous proposons aussi des leçons d'éducation civique", souligne le coordinateur. Fréquentés par plus de 100 migrants de 20 nationalités différentes, les cours sont donnés par six formateurs bénévoles. Le centre propose également un vaste choix d'activités culturelles : ateliers d'arts plastiques, chorales, concerts… et un espace famille pour favoriser les échanges entre parents et enfants autour de jeux et goûter.

En 2007, le Réseau Paul Bert a également mis en place un hammam avec l'aide de plusieurs partenaires dont la Fondation VINCI. Au départ, l'idée était de remplir une mission sanitaire, "on aurait donc pu se contenter de douches", raconte Emmanuel Jourdes, "mais la question sanitaire va plus loin que la simple prise en compte de l'hygiène : c'est tout le rapport au corps que l'on questionne et notamment sa dimension culturelle et sociale". Plus qu'un moment fonctionnel, le hammam est un espace de sociabilité : "Souvent, les femmes viennent avec leurs enfants et y restent l'après-midi. On les entend discuter, rire". Ce lieu, pouvant accueillir une douzaine de personnes, a bénéficié d'une subvention de 30 000 euros de la Fondation. Un second soutien de 16 500€, accordé en 2010, a permis au centre d'étendre la capacité d'accueil de sa laverie solidaire. Laurence Ruot, secrétaire de direction chez TMSO (VINCI Construction) à Mérignac, et marraine de l’association, est enthousiaste : "En tant que collaboratrice VINCI, je partage mes compétences et mon réseau. Je les aide à trouver des formations ou emplois pour les personnes qui fréquentent le centre. Je participe aux assemblées générales et réfléchis à l'avenir du centre". Et ce ne sont pas les projets qui manquent ! Récemment, la rue Paul Bert à été végétalisée avec la création d'un jardin partagé et, à la rentrée 2010, un réseau social citoyen sera mis en place pour les habitants du quartier.

Juin 2010 © Agence d'informations Reporters d'Espoirs

Agence d'informations Reporters d'Espoirs

La Fondation VINCI s'associe à l'Agence d'informations Reporters d'Espoirs pour valoriser et relayer les initiatives d'innovation sociale qu'elle soutient. Le partenariat porte sur la rédaction d'articles et l'échange de sujets porteurs de solutions. Les initiatives ainsi présentées, validées selon les critères de la charte éditoriale Reporters d'Espoirs, ont pour mission de rendre compte de leur développement et de leurs résultats.

>> Voir la fiche projet

>> Voir la galerie photos

<< Retour

Découvrez les projets soutenus